La corruption : le business mondial pérenne ?


La corruption : le business mondial pérenne

La corruption, rares sont les pays qui prétendent de n’est pas en souffrir. Malgré la promulgation des nouvelles lois, nombreuses luttes, la corruption est encore rependue sous feux de la rampe.

Ici on parle de la corruption qui est un business mondial pérenne. Pour bien développer le sujet, on va voir d’abord la définition de la corruption ainsi que les raisons du développement de ce fléau et puis nous allons parler de la lutte anti-corruption

Qu’est ce que la corruption ?

Selon l’organisation mondiale de société civile  « transparency internationale » la corruption est l’abus d’un pouvoir et l’abus de confiance à des fins d’enrichissement personnel. La corruption se présente à des nombreuses formes comme corruption active, extorsion, fraude et trafic. On peut classer la corruption en deux types : la petite corruption consiste sur un versement de somme faible à des agents publics afin de faciliter les choses ou des contournes des obstacles dans des bureaux.  Pour la grande corruption, les corrompes  sont les responsables gouvernementaux ou hommes politiques,  les différents entreprises sont les corrompus. Ils versent des millions de dollar pour obtenir des commerciaux lucratifs. Pourquoi ce fléau règne autant partout dans le monde ? La corruption a un coût élevé pour les pays pauvres. C’est normal car dans les pays pauvres la démocratie est totalement imparfaite, les gouvernements sont considérés comme un demi dieu sur terre. Dans l’IPC les pays qui ont des démocraties bien établirent obtiennent en moyenne un score de 75 points, pourtant les pays pauvres n’atteignent que 30 points. D’après ce chiffre, on peut en déduire que les pays pauvres ont une probabilité deux fois plus forte de payer des pots de vin que les milieux plus aisés.

Comment éviter la croissance de la corruption

Selon Daniel Kaufmann : « c’est en combattant la corruption que l’on bat la corruption » c’est-à-dire la lutte contre la corruption nécessite un acte, d’après lui, la promulgation des nouvelles lois, la création des codes de conduites n’entrainent que des impactes minimaux, en effet, il faut mettre l’accent sur tous les processus. L’implication active de la population est primordiale : la transparency internationale va accroitre le rôle du peuple dans l’action contre la corruption. Le défi de cette action est d’impliquer de plus en plus large la population car le peuple seulement peut arrêter la corruption